Yaoi story !

11 novembre 2018

Sekaiichi hatsukoi tome 12 - manga yaoi

J'ai reçu mon exemplaire hier. Alors, que donne le nouvel opus de Sekaiichi hatsukoi de Shungiku Nakamura ? On voit ça tout de suite.

 

45942141_10204939333199663_2409636047882289152_n

 

Le résumé du manga:

 

Je t'aime, je suis amoureux de toi, tu me manques, j'ai envie de toi... Moi aussi, je pense à toi tous les jours, et ça me rend fou.

A peine rentrée de son petit séjour à la campagne, la rédaction de l'Emerald croule sous le travail et doit boucler le magazine tout en rattrapant le retard accumulé. Dans la salle de réunions, Ritsu recroise un ami de lycée, Nao Kiyomiya, rencontré en Angleterre. Ce dernier l'avait, à l'épouqe, aidé à se remettre de sa douloureuse rupture et le jeune éditeur est ravi de reprendre contact. Mais, Nao voit d'un très mauvais oeil sa relation avec Takano qu'il identifie très vite comme celui qui, de son point de vue, avait tant fait souffrir Ritusu...

Retrouver également la suite des péripéties amoureuses du beau libraire et de son éditeur dans Le cas de Kô Yukina!

 

 

L'histoire:

 

J'avoue que je commence un tout petit peu à trouver que l'histoire traîne trop malgré que je sois une grande fan de Sekaiichi hatsukoi, bien plus que de Junjou Romantica qui lui, commence à vraiment me gonfler. Je ne sais pas si j'achèterais le prochain. Surement pour voir si vraiment ça n'avance plus mais pas sûre. 

Dans ce nouveau tome, toujours extra fin pour 9 euros, gloups, ça bouge pas mal finalement.

La partie consacrée à Ritsu et Masamune ne fait que les 2/3 du manga cette fois.

On découvre un nouveau personnage, on retrouve un Haitani qui va se dévoiler sur ses véritables intentions bien que ça ne soit pas du tout une suprise ^^, Han revient dans le jeu et Onodera craque de plus en plus face à Takano et à la fin... il reste encore 53 jours avant de retomber amoureux.

Craque, craque, craque! Ca va durer encore combien de tomes?

En même temps, que va pouvoir inventer Shingiku Nakamura une fois qu'ils seront vraiment en couple vu tous les obstacles qu'ils doivent surmonter en ne l'étant pas? Je pense que ça signera sans doute la fin de la série.

Le seul truc qui me choque toujours, c'est la façon dont Takano insulte Onodera. C'est pas possible de dire des trucs pareils à son chéri. Donc quand il lui dit Ta gueule, je grince des dents. Dans ce tome, il n'y a qu'un tout petit moment où on a droit à ce genre de truc et c'est sous un coup de stress donc ça va.

Quand au pauvre Onodera, il n'a pas fini de se faire harceler. Et il a des réflexions vraiment cocaces et qui arrivent à des moments vraiment épiques, le coup de la purée, j'ai bien ri.

 

 

La deuxième partie est donc consacré à mon couple chouchou: Kisa Yuki.

Là encore, on fait la connaissance d'un nouveau personnage et même si ça va très vite, j'adore ce nouveau venu qu'on ne reverra pas je pense. Dommage, ça aurait pu mettre une certaine ambiance dans le couple.

L'histoire est racontée par Yukina donc on n'a pas la version stressée et angoissée +++ de Kisa mais ça fait plaisir de voir l'histoire de son point de vue.

Kisa va s'affirmer et se rapprocher d'une personne grâce à son grand chéri et va s'affirmer dans ses sentiments encore un peu plus.

J'aime vraiment beaucoup ce couple.

 

En bref:

 

Les dessins sont comme d'habitude donc il faut aimer.

Les scènes de sexe aussi sont toujours pareilles. Et comme ce sont aussi les mêmes que dans Junjou, c'est pas très palpitant. Juste une petite scène dans la salle de bain qui change un peu. Mais que ce soit le premier couple ou le deuxième, rien de bien excitant.

L'histoire n'a pas beaucoup avancée mais le défilé des personnages nouveaux ou revenants fait du bien.

Maintenant, ça fait toujours cher pour l'épaisseur des mangas de cette série et on reste toujours sur notre faim.

 

.

 

Posté par lacritiqueusee à 16:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


10 novembre 2018

Yondaime Oyamato Tatsuyuki de Scarlet Beriko - manga yaoi

Bonjour à tous, aujourd'hui, on parle de Yondaime Oyamato Tatsuyuki de Scarlet Beriko, sorti le 25 octobre dernier.

Ce manga est un spin off de Minori No Te.

 

45737640_10204935586545999_7542503905159020544_n

 

J'en profite pour une petite info concernant Scarlet Beriko, elle sera présente en France le 1er et 2 décembre au salon Y/Con donc si vous avez l'occasion de passer par là, n'hésitez pas.

 

Le résumé du manga:

 

Le clan des Omayato est le plus important de toute la région du Kanto.

A la suite d'une déception amoureuse, le quatrième descendant de la famille, Tatsuyuki, passe ses journées à se lamenter sur son sort.

Son homme de main décide donc de l'envoyer à Fukuoka en tant que responsable d'un des groupes du clan pour lui permettre de gagner un peu d'expérience dans le milieu. Cependant, déprimé et ne parvenant pas à trouver la motivation nécessaire, il finit par boire plus que de raison et s'endort au beau milieu d'un parc public dès sa première nuit...

C'est alors qu'il se fait enlever par un mystérieux garçon...

 

 

L'histoire:

 

Je vous avais parlé du jeune yakuza tripoté par Minori dans le dernier opus de Beriko et c'est lui que nous retrouvons dans ce tome.

Yondaime veut dire 4, 4ème et pour cause, Tatsuyuki est le 4ème fils héritier du clan Oyamato.

 

Contre toute attente, Tatsuyuki est tombé amoureux de Minori et déprime depuis que ce dernier est parti avec Sato pour s'occuper des garçons de son équipe de foot. Asoda, son homme de main qui l'a élevé comme une mère et qui le couve beaucoup trop ne sait plus quoi faire et décide de l'envoyer loin de ses habitudes dans une ramification de leur clan. Il le pense en sécurité mais...

 

 

Ce manga est une horreur concernant les histoires personnelles de ses trois protagonistes.

Nozomi est celui qui a la plus terrible, il a vécu les pires horreurs depuis sa plus tendre enfance et s'est raccroché toute sa vie au souvenir du petit garçon qu'il a croisé le jour de sa libération, Tatsuyuki.

Tatsuyuki est un yakuza raté. Et je le dis dans le bon sens du terme. Il a beau jouer les durs, il voit le bon en chacun et il va subir d'horribles choses de la part de Rogi, l'ancien amant de son père qui n'a jamais pu surmonté leur séparation.

 

Ce yaoi est très dur dans ce qu'il raconte, dans ce qu'il te montre et dans ce qu'il fait vivre à ses personnages. Et pourtant, Scarlet Beriko le tourne tellement bien que ça ne te mets pas le bourdon.

Nos amoureux ont une telle force mentale et un tel amour l'un pour l'autre qu'ils peuvent tout surmonter.

L'histoire est très bien développée et on s'attache beaucoup aux personnages.

 

Je ne peux pas en dire beaucoup plus, Yondaime venant de sortir, pas question de spoiler.

 

 

On achète ou pas?

 

Oui!

 

Il est publié chez Taifu donc il est cher, 9 euros mais, contrairement à Minori No Te qui m'avait moyennement plut, ce manga est top.

Pour tout ce que j'ai dit plus haut, pour l'histoire qui vaut le coup d'oeil, pour le couple qui est absolument craquant et terriblement attachant, pour le coup de crayon de Beriko qui décidément est vraiment génial... Il y a d'ailleurs une évolution sur ses dessins, avec des personnages dessinés très durement parfois ce qu'on n'avait pas du tout dans les autres tomes.

Il y a beaucoup, beaucoup de sexe donc si vous préférez le soft yaoi/boys love, ce n'est pas fait pour vous. Surtout qu'on a droit à des scènes bien hard avec viol et tout donc attention à celles qui n'apprécient pas. On est très loin de Jackass de ce point de vue là.

Tout fini bien, trop bien même grâce/ à cause de la bonté de Tatsuyuki mais ça change et ça s'explique donc ça passe très bien.

 

C'est un one shot, un vrai donc le manga est entièrement consacré à son histoire et ça se sent.

 

Je vous le recommande donc très fortement.

.

 

Posté par lacritiqueusee à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 novembre 2018

Sleeping Lovers de Sai Asai, manga yaoi

Sleeping Lovers est un manga yaoi de Sai Asai sorti en mai 2016.

 

45674031_10204933531814632_8125648580057759744_n

 

Résumé du manga:

 

Haru, mon ami d'enfance, a un secret que je suis le seul à connaître: amoureux de son père, il est confronté à l'un des plus grands tabous. Je le trouve tellement beau et adorable que je suis prêt à tout pour veiller sur lui, même si je sais que ses sentiments ne sont pas pour moi. Mais un jour, je le trouve dévasté par la tristesse, et je ne peux m'empêcher de l'embrasser. Et si je lui disais d'imaginer que mes doigts sont ceux de son père, me laisserait-il toucher son corps innocent... ?

 

Les histoires:

 

Ce manga est divisé en 4 histoires donc autant vous dire que ça va très vite, que ce soit pour l'histoire principale que pour les minis histoires suivantes.

 

Histoire 1:

 

Haru et Aki sont amis d'enfance. Haru a beaucoup de succès auprès des filles qui se déclarent les unes après les autres mais ils les rejettent toutes parce qu'il est amoureux de son père.

Aki est au courant et accepte la situation bien qu'il soit amoureux de son ami.

Petit à petit, il va se servir de l'amour de son ami et du fait qu'il soit le seul confident de ce dernier pour pouvoir toucher Haru.

Il lui propose d'imaginer que c'est son père qui le touche. Mieux, il colle les photos volées que Haru a fait de son père sous le nez de son ami pendant qu'il le tripote pour qu'Haru ne puisse pas refuser.

 

Cette histoire ne sert à rien. On débute l'histoire à un point A et on la termine au même point. Entre temps, on a juste Haru qui bloque sur son père et fantasme dessus à fond et Aki qui le tripote. Rien ne change à la fin. Ils n'ont absolument pas évolué, leur relation non plus, Aki continue à encourager Haru à ne pas lâcher son amour incestueux et y croire jusqu'au bout et Haru est ravi d'avoir un confident si compréhensif.

Aucun intérêt à part de très jolis dessins qui ressemblent tellement à ceux de Takarai Rihito que ça en est troublant. Mais on est très loin du romantisme, de l'amour et de la douceur des mangas de cette dernière. 

 

 

Histoire 2:

 

Beaucoup mieux et très mignonne.

Daiki et Aoshi sont lycéens et amis. Lors d'un moment entre copains, Aoshi déclare qu'il est homosexuel et qu'il est amoureux de Daiki, tellement qu'il lui réserve sa virginité.

Il n'en faut pas plus pour que Daiki se retrouve bien embêté à trouver une petite amie, tout le monde étant au courant de l'histoire.

Entré à l'université, il finit par se trouver une chérie mais ça ne dure que deux semaines.

Déprimé, ses amis lui organisent une petite fête chez lui.

Il finit par s'écrouler, saoûl. Aoshi s'endort pour ne pas le laisser seul.

Daiki se réveille en pleine nuit et finit par s'avouer qu'il aime également Aoshi. "Donne la moi maintenant, ta virginité".

Je vous laisse imaginer le reste. C'est le début - la continuité même- d'une belle histoire.

 

 

Histoire 3:

 

Celle ci s'articule autour du sexe.

Sawai et Aida travaillent dans un restaurant et sont amants depuis peu.

Aida est toujours taciturne et effacé, même au lit où pas un son ne sort de sa bouche. Sawai va se tourmenter dans tous les sens pour savoir ce qui se passe et pourquoi il n'arrive pas à donner du plaisir à Aida. Il va même jusqu'à se dire qu'il doit en avoir une trop petite...

Après quelques péripéties, il va finalement trouver la solution par hasard en faisant l'amour à Aida.

C'est mignon et plutôt drôle. J'ai bien aimé cette histoire également.

 

 

Histoire 4:

 

Encore plus histoire de sexe que la 3.

Hayase et Sugita travaille dans la même entreprise mais pas au même étage. Il se rencontre un jour par hasard dans une ancienne salle de repos désertée par les employés.

Ils vont s'y retrouver chaque jour pour échanger des baisers passionnés.

La relation n'évolue pas jusqu'au jour où les deux hommes apprennent que la salle va être rénovée et transformée en salle de réunion. Fini leurs petites pauses bisous.

Pensant que c'est la dernière fois qu'ils se voient, Hayase accepte de coucher avec Sugita.

C'est pas hyper romantique vu que c'est dans les toilettes.

Finalement, Sugita lui donne la clé de son appartement. Hayase était le seul à douter de leur histoire d'amour.

Aucun intérêt, pas d'histoire développée. Du sexe pour du sexe, quelques doutes chez Hayase et c'est plié.

 

On achète ou pas?

 

Bah non. Presque 8 euros pour ça, ça ne vaut pas le coup.

 

Les dessins sont très beaux mais les histoires ne sont pas très intéressantes, même si 2 sur 4 s'en sortent plutôt bien malgré le peu de pages dont elles disposent. L'histoire principale ne rime à rien.

 

Ca n'a aucun intérêt, ça ne développe ni l'histoire ni les personnages, on ne peut s'attacher à personne tellement ça va vite.

 

A lire pour les dessins mais c'est tout.

 

 

Posté par lacritiqueusee à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 novembre 2018

Pornographer de Maki Marukido, manga yaoi

Pornographer est un manga yaoi de Maki Marukido, sorti en juillet 2017.

 

45776069_10204929784080941_8522163332373807104_n

 

Le résumé du manga:

 

Kuzumi, étudiant fauché, renverse un jour à vélo un écrivain de romans érotiques, Kijima. Comme il n'a pas d'assurance pour payer les frais d'hôpital de Kijima et que celui-ci ne peut plus écrire ses manuscrits à la main, les deux hommes passent un marché : Kijima dictera ses textes à Kuzumi, qui les prendra en note pour lui.
Mais Kuzumi découvre qu'il a beaucoup de mal à rester impassible en entendant la belle voix de Kijima lui dicter des passages obscènes. C'est alors que Kijima, qui remarque son excitation, lui propose de s'en occuper lui-même, avec sa bouche...
Kuzumi sait que l'écrivain ne fait que plaisanter, mais suite à l'incident, il ne peut s'empêcher de le voir sous un nouveau jour...

Plongez dans l'histoire pleine de sensualité d'un écrivain porno en décalage avec le monde et de son nouvel assistant encore plein d'innocence !

 

 

L'histoire:

 

Le résumé est plutôt fidèle à ce qui se passe dans l'histoire.

 

Sauf que tout ça, c'est juste la partie immergée de l'iceberg. Kijima n'est pas celui que croit Kuzumi et avant de découvrir la vérité, il n'a pas fini d'en voir de toutes les couleurs et d'entendre des scènes plus obsènes les unes que les autres.

La majorité du manga se résume ça d'ailleurs, de longues dictées de Kijima et l'auteur s'est fait plaisir et s'est bien lâché. Le pauvre Kuzumi va vite se retrouver en érection à chaque dictée mais Kijima ne va pas en profiter. Il va le taquiner un peu et encore. Il va même finir par vouloir tout arrêter mais Kuzumi se sent vraiment redevable et ne veut rien entendre.

Mais après avoir rencontré l'éditeur de Kijima, il apprend des choses qui ouvrent la porte d'un étrange mystère. Kijima ne va pas se laisser faire et Kuzumi va mettre pas mal de temps avant de comprendre.

Et c'est à la révélation de ce mystère que le manga devient intéressant. Sauf que ça ne dure que quelques pages.

 

 

On achète ou pas?

 

Le manga coûte 7,95 euros sur le net.

 

Les dessins sont particuliers et pas toujours égaux, je n'ai pas vraiment accroché même si je trouve Kijima beau, surtout quand il est désespéré ou attendri.

 

L'histoire est longue à se lancer, c'est redondant jusqu'au coup de théâtre. Les scènes de dictée durent très longtemps et aucune relation ne se développe entre les deux hommes puisqu'ils se parlent très peu à chaque rencontre.

Kijima est très intéressant comme personnage, complexe, menteur professionnel, manipulateur... il a tous les défauts et pourtant, on est comme Kuzumi, on l'aime et on lui pardonne tout. L'histoire est racontée la plupart du temps du point de vue de Kuzumi mais je le trouve assez lisse. A part qu'il est excité à chaque dictée et que du coup, son cerveau associe son excitation à Kijima et l'envie de se le faire au bout d'un moment, on n'en sait pas beaucoup plus sur notre petit étudiant.

 

On a droit à 3 scènes de sexe je crois dont deux fantasmées par Kuzumi et une réelle.

 

On comprend plus ou moins comment les deux hommes tombent amoureux mais ça aurait été plus clair si ça avait été développé plus en diminuant les scènes dictées qui sont parfois vraiment étranges lol.

A la fin, il n'y a pas vraiment d'histoire d'amour. Ils se séparent et finissent par se retrouver plusieurs années plus tard. Le temps d'une rencontre fugace et à nous de voir s'ils vont poursuivre ou pas. A priori oui mais vu la situation dans laquelle les a mis l'auteur, ça n'est pas si évident que ça. Enfin, s'ils sont toujours amoureux après avoir coupé les ponts durant des années, pourquoi pas?

 

Au final, je n'ai pas gardé mon exemplaire mais je ne peux pas dire que c'est un mauvais manga. Il sort clairement du lot avec son histoire atypique, ses révélations et son histoire d'amour bancale. Mais je ne pense pas que j'aurais eu envie de le relire dans quelques semaines, quelques mois...

 

 

 

Posté par lacritiqueusee à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 novembre 2018

Minori No Te - Scarlet Beriko : manga yaoi

Aujourd'hui, on parle de Minori No Te de Scarlet Beriko, sorti en juillet dernier.

 

45471146_10204917387051023_2752263589292146688_n

 

Comme d'habitude, je vais spoiler un peu donc si vous ne voulez rien savoir, fuyez!

Le résumé du manga:

Minori Shigemori est un ostéopathe aussi talentueux qu'énigmatique. Sa réputation lui permet d'attirer toutes sortes de personnes qui espèrent oublier leurs soucis quotidiens grâce à sa technique de massage personnelle.

Capable de soigner aussi bien le corps que le coeur de ses clients, Minori reste pourtant un homme blessé qui semble poursuivi par les souvenirs d'un mystérieux garçon courant sous la pluie sur un terrain de sport...

 

 

L'histoire:

 

Le manga débute sur Minori qui "soigne" un jeune yakuza. Pour cela, il va se servir de ses mains pour débloquer les zones douloureuses dûes au stress mais pas que. Il va dominer psychologiquement et psysiquement le jeune héritier, rôle que ce dernier exerce d'habitude sur tout ceux qui l'entoure.

Alors, comment s'y prend-il me demanderas tu?

Il va bloquer les mouvements du yakuza grâce à des pincements spécifiques et se livrer sur lui a des actes sexuels tout en lui disant que tout va bien, qu'il peut se lâcher, que personne ne le regarde et qu'il sortira du cabinet revigoré et plein d'énergie.

Et ça marche. Il ne se prend pas une raclée quand c'est fini alors qu'il a masturbé et doigté un mec normalement dangereux. Bon, ok.

Suit ensuite un jeune idole qui s'est fait photographier en mauvaise posture et qui a besoin de se détendre. Cette fois, il ne le mobilise pas vu que le jeune acteur est daccord et va même jusqu'à coucher avec lui.

Après tout ça, le jeune idole lui demande de passer à la tv pour l'aider à se sortir de son mauvais pas. Minori accepte.

 

Bien, je vais faire une pause sur cette partie du manga qui ne sert strictement à rien à part à ajouter deux scènes de sexe dans l'histoire.

Minori fait n'importe quoi et en plus, il ne se protège pas. Tu vas me dire, et alors?

Dans Jackass, dont je parlerais bientôt, Scarlet Beriko protège ses personnages et le montre bien.

Ici, Minori couche avec n'importe qui sans se protéger mais il va aussi coucher avec l'amour de sa vie sans préservatif. C'est quoi son but? Et pourquoi il fait ça? On ne le saura pas. A part qu'il est déprimé pour son histoire amoureuse précédente qui l'a énormément déprimée, il n'y a aucune raison pour qu'il se mette en danger comme ça et qu'il s'adonne à ce genre de pratique.

Enfin, ça n'est jamais évoqué par la suite. On saute de ça à l'histoire d'amour de sa vie sans revenir à ce qu'il a fait.

Donc, ça n'a que très peu d'intérêt dans l'histoire.

 

Bref, revenons à Minori et Sôta.

 

 

Sôta va voir Minori à la télé et débarquer dans son cabinet sans crier gare.

Et pour cause, Sôta recherche Minori depuis plusieurs années. Ce dernier s'étant volatilisé dans la nature quand Sôta a tout perdu.

 

L'histoire va alors se concentrer sur les deux amoureux, s'entrecoupant de flash back nous expliquant ce qui s'est passé entre eux au moment de la blessure fatale de Sôta.

Et Minori a bien, bien merdé. Sôta se blesse et doit arrêter sa carrière, il finit à l'hôpital abandonné de tous, y compris celui de son amoureux et pire que tout, Minori disparait complètement, l'abandonnant comme tous les autres à son sort sans aucune explication.

 

Sôta sait bien que c'est parce que Minori se sent coupable et lors de leurs retrouvailles, il va avoir affaire à un Minori vraiment pas sympa. Malgré tout, il va s'accrocher et finir par regagner le coeur de Minori.

Alors, s'accrocher... si on veut vu que Minori craque au bout de 2 minutes et que les deux reprennent leur histoire d'amour quasiment là où ils l'avaient laissé.

 

La deuxième petite histoire:

 

Le manga se termine assez rapidement et on découvre une petite histoire à la fin. J'ai vraiment aimé ce petit couple. L'histoire ne dure que quelques pages mais elle est bien mieux construite que l'histoire principale.

 

 

Rikka et Nekoyashiki, 37 ans, sortent et vivent ensemble depuis la fac. Rikka est mangaka à succès et Chachat est son assistant-homme à tout faire. Leur histoire est solide mais depuis quelques temps, Chachat n'arrive plus à bander. Il est en train de développer un énorme complexe d'infériorité et déprime. Rikka a une carrière éclatante et il n'a pas pris une ride depuis le campus alors que lui a l'impression de se noyer dans le ménage et les tâches ménagères. Pour courronner le tout, il a vieillit normalement et se trouve laid et mal accordé à Rikka.

On suit notre petit couple sur une toute petite période, quelques heures seulement mais Beriko a réussi à donner de la consistance et un vrai passé à ses personnages.

Après avoir laissé Chachat se noyer un peu, elle termine son petit récit par une petite scène adorable et sexy. Ces deux là sont repartis pour des années d'amour passionnée.

J'ai adoré.

 

On achète ou pas?

 

Minori No Te est édité chez Taifu, donc il coûte 8.99 euros. Un joli budget pour un manga pas très épais.

Je ne suis pas fan des enchainements pour la première partie qui ne sert à rien à part mettre un peu plus de sexe et me faire cogiter sur les mst lol.

Ca va trop vite du coup, on ne comprend pas toujours les agissements de Minori, on n'explique pas pourquoi il fait certaines choses, Sôta s'est relevé tout seul et a fait un énorme bout de chemin à la seule force de sa volonté, pourquoi est-ce qu'il revient vers celui qui l'a abandonné? Juste pour l'amour? C'est trop léger à mon goût, je voulais plus de développement... J'ai beaucoup moins aimé que Jackass que j'ai lu en premier mais ça reste un bon manga.

Les flash back sont très clairs et sont les pilliers de l'histoire. Histoire qui, pour le coup, est originale et plutôt bien pensée.

C'est sympa à lire, les dessins sont top, les scènes érotiques sont très sexy et pas ou peu censurées.

Et ce que j'aime par dessus tout chez Scarlet Beriko, c'est que ses personnages s'amusent quand ils font l'amour. C'est pareil dans Jackass et je trouve que ça apporte vraiment quelque chose en plus. Ca reste très sexy mais ça montre une vraie complicité entre les amants. Et j'adore la bouille de ses ukes pendant l'acte.

 

Est-ce que ça vaut 9 euros, je ne suis pas sûre. Je ne regrette pas mon achat mais je trouve que ça fait cher pour l'histoire qu'on me donne.

 

Et vous, qu'en avez vous pensé?

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

Posté par lacritiqueusee à 15:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


23 octobre 2018

Sur un malentendu, ça peut marcher! de Owal - Manga yaoi

Sur un malentendu, ça peut marcher de Owal est sorti en juillet dernier en France.

 

44588547_10204876224901995_4188457488653221888_n

 

Owal est une mangaka que j'apprécie beaucoup. Ses histoires sont toujours drôles, rythmées, complètement folles et bourrées de sexe. Mais pour Sur un malentendu, ça peut marcher, il y en a un peu moins que d'habitude, au bénéfice d'un développement plus important et intéressant de l'histoire. Allez, c'est parti !

 

Résumé de 4ème de couverture:

 

Kurono travaille en tant que délégué médical pour une industrie pharmaceutique. Poussé par un médecin avec qui il fait réguilièrement affaire, il décide de se rendre à Teizan, un immense hôpital, où il fait la connaissance du docteur Hôjô. Malheureusement, pour lui, celui-ci est glacial au possible et l'envoie balader sans aucune autre forme de procès. Mais Kurono ne se décourage pas et, au pris de nombreux efforts, parvient à se faire inviter à un congrès par le docteur Hôjô lui-même. C'est le moment où jamais pour tenter un rapprochement! Mais quand il découvre qu'ils partagent la même chambre et qu'il n'y a qu'un seul futon, l'esprit de Kurono se met à travailler à vive allure. Serait-ce une invitation? Doit-il prendre ça pour des avances... ou pas? Quel est le bon comportement à adopter!?

Parfois, un maletendu peut être l'élément déclencheur qui fait naître un amour sincère!

 

 

 

L'histoire :

 

Kurono débute dans le métier de délégué médical et cherche à conclure des contrats importants. Il s'avère être très doué car il fait systématiquement des recherches sur ses clients potentiels afin de leur proposer des choses qui les intéresseront ou retiendront leur attention jusqu'à leur faire signer un contrat avec son entreprise. Il s'attire les faveurs d'un médecin qui le recommande auprès d'un de ses collègues. Mais attention, le Dr Hôjô est "un peu revêche" d'après ce médecin.

 

 

Revêche? Le mot est faible. Dr Hôjô est distant avec tout le monde, farouche et froid, ne se laissant approcher par personne et surtout pas ce délégué médical qui, après avoir été renvoyé dans ses pénates, va se mettre à le harceler littéralement.

Mais rien qui pourrait refroidir l'enthousiasme débordant de Kurono. Ce dernier va s'accrocher, faire des recherches sur Dr Hôjô sans rien trouvé, passer tout son temps libre dans son bureau...

Kurono va finir par lui dire qu'il ne pense qu'à lui chaque jour et toucher la corde sensible du médecin sauvage. Corde qui avait déjà été bien ébranlée puisque le Dr Hôjô a déjà persuadé le directeur de confier les contrats à l'entreprise de Kurono.

 

 

Devant cet aveux, Dr Hôjô décide d'emmener Kurono a un congrès tout un week end. Il retient lui même la chambre... à un lit.

Complètement désorienté, Kurono ne sait pas quoi faire mais se lance et arrive ce qui devait arriver. Après avoir conclus autre chose que des contrats, ils s'aperçoivent s'être mal compris, chacun pensant que l'autre voulait coucher avec lui.

Après une explication, Kurono se rend compte qu'il est très attiré par le médecin mais que ce dernier freine des quatre fers dès qu'il s'agit de s'engager. Il va alors reprendre son travail de harcèlement mais, malgré quelques avancées, Hôjô refuse ses déclarations, se fâche et le repousse sans cesse malgré quelques moments torrides.

 

Et Kurono va vite s'apercevoir d'où vient le problème. Un nouveau personnage vient semer la pagaille et va s'avérer être le noeud du problème.Et dans le genre sale con, il se pose là, vous allez le détester à l'instar de Kurono.

 

 

 

On achète ce manga ou pas?

 

Oui!

 

Déjà pour les dessins d'Owal. On retrouve son coup de crayon et, si on aime, on va adorer retrouver ses personnages, ses scènes érotiques et ses petits dessins mignons tout plein qui ponctuent parfois le récit lors des scènes rigolotes.

 

L'histoire est top. Plus développée que ses deux précédents mangas, dont je vous parlerais bientôt, elle met UN PEU les scènes érotiques de côté mais développe les sentiments de ses personnages, leurs sentiments variés, leurs problèmes, leurs amours...

Le personnages d'Hôjô est mignon comme tout avec ses nombreuses faiblesses qu'il tente de masquer sous ses airs grognons. Son histoire traumatique est bien menée et l'adversaire de Kurono est détestable à souhait. Dans les précédents mangas, on n'avait pas vraiment d'élément perturbateur extérieur dans les histoires d'amour des couples d'Owal, par contre, quand elle se décide à en mettre un, elle en fait un parfait connard. Et c'est top.

 

Je vous rassure, les scènes de sexe restent nombreuses et torrides mais, pour une fois, on a des personnages qui font l'amour normalement et qui ne sont pas des machines à sprrrt. Celles qui connaissent comprendront ^^.

 

Bref, on sort son petit porte monnaie et on dégaine 7,95 euros pour s'offrir ce manga qui vous mettra du baûme au coeur.

 

 

 

 

20 octobre 2018

It can't be helped - Matsuda Usachiko

Amis du bizarre, du glauque, du malsain mais aussi de l'amour, bienvenue dans le monde obscure de It can't be helped.

It can't be helped est un manga yaoi de Matsuda Usachiko sorti en France en mai 2018.

 

44270161_10204851920494400_4894137821025009664_n

 

Résumé au dos du manga:

 

Kôki ne peut pas dormir sans l'odeur de son grand frère Takahiro. Lorsqu'il trouve un nouveau travail, il décide de quitter l'appartement de son frère et d'aller vivre seul, mais il ne tarde pas à devenir insomniaque...

Lorsqu'il revient chez Takahiro pour passer une bonne nuit de sommeil pour la première fois depuis un mois, il réalise que Takahiro a changé: quand Kôki n'est pas là pour prendre soin de lui, il se laisse complètement aller...

Les deux hommes pourront ils passer au dessus de leur dépendance mutuelle ou vont-ils y succomber? Une relation romantique et compliquée entre deux frères qui sont tout l'un pour l'autre depuis l'enfance!

 

 

Ce manga se découpe en plusieurs parties, l'histoire principale entre Kôki et Tachan et trois histoires plus courtes plus ou moins intéressantes que l'on va détailler tout de suite. Attention, je vais sans doute un peu spoiler les histoires donc si tu veux vraiment lire ce manga en gardant la surprise, ne t'aventure pas plus loin.

 

Kôki et Tachan sont donc deux frères qui se sont élevés seuls, Tachan prendant soin de son petit frère du mieux qu'il pouvait. Leurs parents travaillaient sans cesse et les ont laissé à la garde de leur grand-mère qui ne leur offrait pas tout ce dont ils avaient besoin sur le plan affectif et sécuritaire pour leurs jeunes âges.

C'est à cette époque que Kôki, apeuré par le manque d'amour et de tendresse, éprouva des difficultés d'endormissement. Pour l'aider, Tachan le prit dans son lit et Kôki n'en sorti plus jamais. Apaisé et sécurisé par la présence et l'odeur rassurante de son frère.

Lorsque Tachan entra dans le monde du travail, Kôki ne put plus trouver le sommeil. Pour le bien être de son frère, Tachan s'isola, ne sortant plus et travaillant à la maison. Sa vie ne tournait plus qu'entre 4 murs et son frère.

Il s'en contenta pourtant jusqu'à ce que Kôki soit diplomé et parte vivre sa vie de son côté.

 

 

C'est à ce moment là que la vie des deux frères prend un tournant radical.

Tachan se laisse aller, sombrant lentement dans la dépression, ne se lavant plus, se négligent, mangeant à peine tandis que Kôki, bien qu'en couple ne trouve plus du tout le sommeil et tombe de fatigue.

Ravagé de fatigue, Kôki rentre auprès de son frère pour se reposer et découvre alors que Tachan ne peut pas vivre sans lui. Il ne réalise pas tout de suite que c'est également son cas.

Petit à petit, Kôki découvre que son frère se masturbe en prononçant son nom. Il accueille cette "déviance" avec bienveillance jusqu'au jour où un incident avec un de ses collègues de travail vient tout briser.
Les deux frères s'aperçoivent que leur relation est malsaine et anormale mais plutôt que de vouloir y remédier, ils font plonger la tête la première dans un océan d'abymes.

"C'est pas grave. Voilà ce qu'on va faire. Si c'est le fait qu'on soit frère qui te dérange, on va trouver une solution au problème, tu vas voir. On a qu'à... arrêter d'être frères"

En une phrase, Kôki vient de briser tous les interdits.

 

 

Leur histoire va évoluer dans la douleur, la jalousie, la violence parfois, la tristesse, le doute, immense, la peur mais un aussi un amour éternel et absolu. Ils vont s'aimer, se blesser, se remettre en question, se culpabiliser mais toujours se soutenir et s'aimer passionnément.

 

Cette histoire est absolument sublime.

Alors, bien sûr, elle ne va sans doute pas plaire à tout le monde, les dessins sont agressifs, l'ambiance est très pesante, c'est un huis clos étouffant et la joie n'est pas au rendez-vous mais c'est beau, c'est fort, c'est intense.

Je vous rassure, on finit sur une note toute mignonne en fin de manga avec une mini histoire entre les frères qui passent un week end de congé ensemble. C'est un moment super chou qui désamorce toute la tension qui a pu être vécue dans l'histoire de départ. J'ai adoré.

 

 

Les petites histoires:

 

La première histoire n'a que peu d'intérêt. On suit un couple formé par un adulte étranger et son petit ami japonais, fans de cosplay et l'histoire se résume à une longue scène de sexe autour d'une histoire de slip japonais. Voilà, voilà lol

 

La deuxième histoire est bien plus intéressante.

Takeru, jeune lycéen est harcelé en classe par ses camarades depuis qu'ils ont appris qu'il était gay. Il monte sur le toit d'un immeuble pour se suicider mais Suzuka, le propriétaire, va l'en dissuader et lui faire une drôle de proposition.

Cette histoire est mignonne, drôle et complètement décalée. Je l'ai beaucoup aimé.

 

Et on termine avec l'histoire qui m'a le plus plut entre les trois: la romance chimérique entre Hime et Yume. C'est une histoire très belle, toute douce et adorable alors qu'elle repose sur des bases malsaines. Hime pense rêver de Yume car ce dernier ne vient le rejoindre et lui faire l'amour que les jours où il prend des somnifères. Il aime passionnément ce garçon. Mais Yume est-il vraiment un fantasme? Qui est-il vraiment? Que va t'il arriver à Hime? Cette histoire est vraiment mon coup de coeur entre les trois.

 

.

 

On achète ou pas?

 

Oui, oui, et oui!

Publié chez Hana collection - mon éditeur chouchou - ce manga est génial. Il faut aimer le style mais ça change des histoires habituelles, il y a un vrai développement des personnages, des histoires vraiment prenantes et intéressantes.

Le coup de crayon est vraiment très sympa et s'accorde très bien avec le propos.

Et il y a de l'amour, beaucoup, au milieu de toute cette étrangeté. On n'est pas dans un monde rose bonbon où tout va dans le meilleur des mondes, on fait face à des soucis, des barrières bien réelles mais toujours avec un amour triomphant à la fin.

 

Posté par lacritiqueusee à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 octobre 2018

Viewfinder tome 9 : sortie prévue en février

Eh oui, le tome 9 de Viewfinder arrive en 13 février prochain en France! On va enfin retrouver notre petit couple, il nous avait manqué, et découvrir les nouvelles bêtises d'Akihito ^^
 
Vous pouvez précommander votre volume sur amazon, fnac...

ada9aaca68471f52f71deb629db828e8

Posté par lacritiqueusee à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2018

Abarenbo Honey: manga yaoi omegaverse

Abarenbo Honey est un manga yaoi sorti cet été en France. Ecrit et illustré par, une fois n'est pas coutume, un homme: Kevin Tobidase.

 

C'est un omegaverse et ça, ça fait plaisir!

On ne peut pas dire qu'on ai énormément de choix si l'on veut acheter un manga omegaverse en France. On peut en lire plein sur internet et tant mieux, mais si on en veut pour sa collection, ça se corse un peu. Donc rien que pour ça, ce manga a toute ma sympathie ^^

 

43828949_10204842271173173_7903336369827610624_n

 

Le résumé officiel:

 

Champion de baston et un peu crétin sur les bords, Kuma vit tranquillement sa petite vie de délinquant. Suite à un différend avec Hachi, héritier d'un clan de yakuza, Kuma est bien décidé à lui régler son compte... jusqu'à ce que ses toutes premières chaleurs d'Oméga ne viennent lui mettre des bâtons dans les roues! Son corps devient brûlant, sa tête se vide, puis, une douleur inconnue le submerge entre les jambes. Complètement démuni face à son plus grand rival, le jeune homme est loin de se douter du destin qui l'attend!

 

Aussi agressifs et fougueux en sexe qu'en baston, l'amour est pour eux un véritable combat!

 

 

Kuma est un jeune oméga qui n'a toujours pas eu ses chaleurs alors que tous les omégas de son âge les ont déjà eu depuis bien longtemps. Il pense donc qu'il ne les aura jamais et il râle lorsque sa mère l'oblige à emmener partout ses injections. Kuma a deux passions dans la vie: se battre et les ours en peluche.

La petite terreur est capable d'abattre à lui seul toute une bande de loubards mais il prend des happy meal au fast food pour avoir les jouets nounours.

Il est comme ça Kuma, un dur au coeur tendre.

 

Hachi est un alpha, fils unique d'un chef de clan yakuza influent. Il est également lycéen mais dans un établissement différent de Kuma. Lui aussi est un bagarreur acharné et imbattable. Pourtant, il est comme Kuma et adore les ours en peluche. Il va lui aussi au fast food pour le menu happy meal et son cadeau kawai.

Compte tenu de son rang, il est craint et admiré de tous mais aimé par personne pour ce qu'il est vraiment. Personne jusqu'à l'arrivée de Kuma dans sa vie.

 

Un jour, nos deux têtes brûlées s'affrontent sur un terrain isolé. Malheureusement pour Kuma, ses chaleurs déboulent sans crier gare et il n'a pas le temps d'arriver à son sac pour prendre ses médicaments. Hachi ne peut résister à Kuma et arrive ce qui devait: ils s'accouplent.

 

 

Ils vont tomber amoureux fous mais le bras droit du chef de clan Hachi, Mitsuro, s'interpose à cette union et va tout mettre en oeuvre pour séparer les deux amoureux.

 

Je vous laisse découvrir la suite de cette histoire drôle, mignonne, émouvante et très bien dessinée. J'adore les graphismes de Kevin Tobidase. Ses personnages sont tous différents physiquement et mentalement et l'histoire du roturier non accepté dans la famille royale, bien qu'usée jusqu'à la corde, fonctionne très bien dans cette histoire. Kuma est vraiment trop chou. On regrette juste un peu le manque de développement de Hachi par rapport à Kuma. 

 

 

On passe ensuite à une histoire plus courte s'attachant à Mitsuro et Suzume.

 

On découvre un Mitsuro très terre à terre qui n'entend rien aux sentiments, au désir et encore moins à la passion. Tout est millimétré dans sa vie et rien ne dépasse. Une tornade rousse va venir tout dévaster sur son passage et remettre en question tous les fondements de sa vie.

 

Suzume est le fils unique d'un clan yakuza aussi important que les Hachi. Il est également le fiancé qui avait été choisi pour Hachi pour un mariage arrangé afin d'unir les deux clans.

Devant la résistance de Hachi et Kuma et l'impossibilité de les séparer, Mitsuro se voit contraint d'aller présenter ses excuses à Suzume et d'annuler les fiancailles.

Au grand bonheur de Suzume qui est amoureux de Mitsuro depuis qu'il est enfant.

Pour pardonner "l'affront", Mitsuro se fait kidnapper par Suzume et emmener seul avec lui dans un endroit totalement isolé du monde. Malheureusement pour lui, il se retrouve en chaleur, Suzume l'ayant kidnappé sans son sac où se trouve ses injections.Personne ne savait que Mitsuro est un oméga tant il a de la prestance et du charisme.

 

 

Comment va s'en sortir Mitsuro? Un nouveau couple va t'il se former? On découvre un Suzume avec un mental à toute épreuve malgré son jeune âge et son air enfantin et fragile.

 

En bref, Abarenbo Honey est un super manga avec une histoire mignonne, mais pleine de sexe, on est dans un omegaverse quand même!, des personnages attachants et une fin qui fait du bien au coeur. Un concentré de bonne humeur à lire absolument.

 

 

 

08 octobre 2018

My number one en animé!

On continue dans les sorties animés yaoi avec mon manga doudou : My number one de SAKURABI Hashigo .

L'oav 1 vient de sortir en vostfr et vous pouvez le voir ici:

 

https://www.jetanime.co/dakaretai-otoko-1-i-ni-odosarete-imasu-1-vostfr/

 

J'adore ce petit couple et surtout Takano. Et vous?

L'histoire a été légèrement modifiée et cet animé prend le temps. Le premier épisode, qui dure environ 22 min ne retrace que les premières pages du premier volume de My Number One.
Les graphismes sont très réussis mais je n'aime pas les traits que les personnages ont sous le menton pour suggérer les ombres. On finit par s'y habituer toutefois.
Je trouve que le caractère de Takato au début du manga est vraiment bien retranscrit. La scène de viol a été supprimée et remplacée par un baiser passionné et ça fonctionne très bien. leur début de relation est du coup beaucoup plus doux et logique. Oui, parce que j'ai beau adorer ce manga, tomber fou amoureux après un viol sauvage...
Le générique est très sympa aussi.
 

Bref, pour moi, c'est une bonne surprise et je vous recommande de voir cet animé. On redécouvre nos personnage dans un scénario très proche et différent à la fois avec une histoire qui prend son temps et ça fait du bien.

my

Posté par lacritiqueusee à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,