Sleeping Lovers est un manga yaoi de Sai Asai sorti en mai 2016.

 

45674031_10204933531814632_8125648580057759744_n

 

Résumé du manga:

 

Haru, mon ami d'enfance, a un secret que je suis le seul à connaître: amoureux de son père, il est confronté à l'un des plus grands tabous. Je le trouve tellement beau et adorable que je suis prêt à tout pour veiller sur lui, même si je sais que ses sentiments ne sont pas pour moi. Mais un jour, je le trouve dévasté par la tristesse, et je ne peux m'empêcher de l'embrasser. Et si je lui disais d'imaginer que mes doigts sont ceux de son père, me laisserait-il toucher son corps innocent... ?

 

Les histoires:

 

Ce manga est divisé en 4 histoires donc autant vous dire que ça va très vite, que ce soit pour l'histoire principale que pour les minis histoires suivantes.

 

Histoire 1:

 

Haru et Aki sont amis d'enfance. Haru a beaucoup de succès auprès des filles qui se déclarent les unes après les autres mais ils les rejettent toutes parce qu'il est amoureux de son père.

Aki est au courant et accepte la situation bien qu'il soit amoureux de son ami.

Petit à petit, il va se servir de l'amour de son ami et du fait qu'il soit le seul confident de ce dernier pour pouvoir toucher Haru.

Il lui propose d'imaginer que c'est son père qui le touche. Mieux, il colle les photos volées que Haru a fait de son père sous le nez de son ami pendant qu'il le tripote pour qu'Haru ne puisse pas refuser.

 

Cette histoire ne sert à rien. On débute l'histoire à un point A et on la termine au même point. Entre temps, on a juste Haru qui bloque sur son père et fantasme dessus à fond et Aki qui le tripote. Rien ne change à la fin. Ils n'ont absolument pas évolué, leur relation non plus, Aki continue à encourager Haru à ne pas lâcher son amour incestueux et y croire jusqu'au bout et Haru est ravi d'avoir un confident si compréhensif.

Aucun intérêt à part de très jolis dessins qui ressemblent tellement à ceux de Takarai Rihito que ça en est troublant. Mais on est très loin du romantisme, de l'amour et de la douceur des mangas de cette dernière. 

 

 

Histoire 2:

 

Beaucoup mieux et très mignonne.

Daiki et Aoshi sont lycéens et amis. Lors d'un moment entre copains, Aoshi déclare qu'il est homosexuel et qu'il est amoureux de Daiki, tellement qu'il lui réserve sa virginité.

Il n'en faut pas plus pour que Daiki se retrouve bien embêté à trouver une petite amie, tout le monde étant au courant de l'histoire.

Entré à l'université, il finit par se trouver une chérie mais ça ne dure que deux semaines.

Déprimé, ses amis lui organisent une petite fête chez lui.

Il finit par s'écrouler, saoûl. Aoshi s'endort pour ne pas le laisser seul.

Daiki se réveille en pleine nuit et finit par s'avouer qu'il aime également Aoshi. "Donne la moi maintenant, ta virginité".

Je vous laisse imaginer le reste. C'est le début - la continuité même- d'une belle histoire.

 

 

Histoire 3:

 

Celle ci s'articule autour du sexe.

Sawai et Aida travaillent dans un restaurant et sont amants depuis peu.

Aida est toujours taciturne et effacé, même au lit où pas un son ne sort de sa bouche. Sawai va se tourmenter dans tous les sens pour savoir ce qui se passe et pourquoi il n'arrive pas à donner du plaisir à Aida. Il va même jusqu'à se dire qu'il doit en avoir une trop petite...

Après quelques péripéties, il va finalement trouver la solution par hasard en faisant l'amour à Aida.

C'est mignon et plutôt drôle. J'ai bien aimé cette histoire également.

 

 

Histoire 4:

 

Encore plus histoire de sexe que la 3.

Hayase et Sugita travaille dans la même entreprise mais pas au même étage. Il se rencontre un jour par hasard dans une ancienne salle de repos désertée par les employés.

Ils vont s'y retrouver chaque jour pour échanger des baisers passionnés.

La relation n'évolue pas jusqu'au jour où les deux hommes apprennent que la salle va être rénovée et transformée en salle de réunion. Fini leurs petites pauses bisous.

Pensant que c'est la dernière fois qu'ils se voient, Hayase accepte de coucher avec Sugita.

C'est pas hyper romantique vu que c'est dans les toilettes.

Finalement, Sugita lui donne la clé de son appartement. Hayase était le seul à douter de leur histoire d'amour.

Aucun intérêt, pas d'histoire développée. Du sexe pour du sexe, quelques doutes chez Hayase et c'est plié.

 

On achète ou pas?

 

Bah non. Presque 8 euros pour ça, ça ne vaut pas le coup.

 

Les dessins sont très beaux mais les histoires ne sont pas très intéressantes, même si 2 sur 4 s'en sortent plutôt bien malgré le peu de pages dont elles disposent. L'histoire principale ne rime à rien.

 

Ca n'a aucun intérêt, ça ne développe ni l'histoire ni les personnages, on ne peut s'attacher à personne tellement ça va vite.

 

A lire pour les dessins mais c'est tout.